L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

25 Feb

Expo Solo Show: Lucie CHAUMONT "VIVRE LÀ"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Exposition solo show

Du 15 février au 22 mars 2014

 

Éclats du réel
 
Quelles portes nous permettent-elles d’entrer dans le monde, de le lire ? Comment envisager nos rapports à ce que nous supposons un, à quoi nous participons comme élément et nous nous heurtons pour en dire quelque chose ? Aristote a élevé l’imitation au rang d’art : la copie de la réalité devient à la fois lecture, à la fois écriture.
Les images (il convient ici d’entendre les dessins et les sculptures) que Lucie Chaumont met sous nos yeux instituent l’écart salvateur : double mouvement d’être au monde et de mettre le monde à la distance du regard. Le point d’appui nécessaire à la révélation de cet entretien (tenir entre) avec le monde est ici le singulier : Vivre là, c’est lire ce qui m’entoure. Ainsi le quotidien et l’individuel induisent le monde. La singularité n’est pas soumise au Un unifiant et totalitaire de la théorie, au contraire, c’est du singulier qu’un universel se supportera.

Carnivore, 2012

Carnivore, 2012

 Lucie Chaumont n’est pas un philosophe, c’est une artiste, et au sens archaïque du terme : la main-outil lit, elle fabrique. Sa pensée est un faire qui propose des représentations du monde : pas de présentations, pas de violence affichée, pas de pornographie qui crève l’écran. Toute l’habileté et tout l’art sont au service de l’imitation. Que met-elle en image ? La technique même. C’est la technique qui est là représentée – la main lisant représentée…

Gratte-ciel, 2014

Gratte-ciel, 2014

Pizza 1 personne, 2012

Pizza 1 personne, 2012

Contrefaçon/Paracétamol, 2012

Contrefaçon/Paracétamol, 2012

On entend déjà que le point de repère est le réel ; ce qui doit se mouvoir, ce sont les yeux du corps et ceux de l’esprit. Et le re-dire se traduit par un re-faire : « Pizza, 1 personne » – il s’agit de la copie en carton d’une boîte à pizza – inclut l’instrument qui empêche l’emballage de tomber sur la nourriture… De la même manière, la série de dessins « Files d’attente », à l’échelle un et découpés selon les formes des tickets d’attente, accidente les nécessités de régulation des flux pour la société de consommation et le non-sens du fait à la main d’un instrument que seule la production de masse commande. Le fait main implique le un par un, la singularité, la signature, autant d’éléments qui s’évanouissent dans la masse du tout industriel et globalisant. Ce sont ces points de rencontre de la singularité avec la nécessité pour l’industrie de rationaliser et de traiter en masse, d’anéantir les foyers isolés d’initiatives personnelles (Artaud) que cerne Lucie Chaumont.

Extraction/Fossile, 2014

Extraction/Fossile, 2014

Giratoires,2013

Giratoires,2013

Galerie Eva Hober

35 - 37, rue Chapon

75003 Paris

www.evahober.com

 

Horaires d'ouverture: du mardi au samedi de 11h00 à 19h00.

 

FERMETURE EXCEPTIONNELLE DE LA GALERIE DU 25 FÉVRIER AU 5 MARS 2014 INCLUS

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE