L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

08 Dec

Expo Collective Contemporaine: la Nouvelle Figuration

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Peinture Contemporaine

Du 20 novembre 2014 au 17 janvier 2015

Marcel Pouget Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Marcel Pouget Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Artiste présentés : Jacques Grinberg, Michel Macréau, Maryan, Marcel Pouget

Après le refus brutal du nouveau maire de Carcassonne cet été d’accueillir la donation qui était en cours de la collection Cérès Franco*, sa fille, Dominique Polad-Hardouin, a choisi de mettre l’accent sur quatre artistes importants de la Nouvelle Figuration.

"Sans titre", 1969 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Sans titre", 1969 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

*Pour mémoire, la collection Cérès Franco est constituée de 1 500 œuvres (peintures, sculptures, dessins), d'une valeur de plus de 4 millions d'euros. Pendant près de 50 ans, Cérès Franco a rassemblé des œuvres de l’art populaire, de l’art naïf brésilien, d’artistes autodidactes (outsider artists) ou encore d’artistes se réclamant du courant de la Nouvelle Figuration.

"Sans titre", 1971 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Sans titre", 1971 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Marcel Pouget, Maryan, Jacques Grinberg et Michel Macréau : la Galerie Polad- Hardouin invite à redécouvrir ces quatre peintres emblématiques de la Nouvelle Figuration.

Peintures, dessins, gouaches, sérigraphies, les supports utilisés sont aussi multiples que leurs univers graphiques. Pourtant, une vibration commune émane de ces œuvres : l’omniprésence de l’humain, et cette volonté forcenée de traduire ce qu’il a de plus ardent, de plus rayonnant, mais aussi ses méandres les plus sombres et les plus tragiques. Ces artistes ne reculent ni devant le grotesque ni devant la caricature pour exprimer ce monde qui les hante.

"Nu", 1966 de Marcel Pouget Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Nu", 1966 de Marcel Pouget Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

  1.  

Dépassant volontiers le cadre temporel des années soixante, l’exposition débute avec une pièce maîtresse de Marcel Pouget, La Salle de récréation de l’hôpital psychiatrique (1978), et des pastels. Par le recours aux teintes acides et contrastées, les halos lumineux et multicolores, les personnages cernés de blanc, le «psychopeintre» (il se définissait ainsi), incarne par cette vision hallucinée, le psychisme de ses sujets.

"Sans titre", 1988 de Jacques Grinberg Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Sans titre", 1988 de Jacques Grinberg Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

L’exposition se poursuit sous la verrière avec des huiles et des gouaches de Jacques Grinberg. Ces portraits symboliques à la géométrie vigoureuse, où domine une palette rouge et noire, comme Le Mangeur de cochon, ou la plus tardive Tasse de café (1996) témoignent d’une persistance de la Nouvelle Figuration jusqu’à l’aube du XXIe siècle.

"Mangeur de cochon", 1976

"Mangeur de cochon", 1976

"Portrait au chapeau", 1961 de Michel Macréau Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Portrait au chapeau", 1961 de Michel Macréau Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Michel Macréau, dont l’univers provocateur se déploie à travers un style direct, exubérant et spontané sera présent avec des œuvres graphiques et quelques toiles comme cet hommage facétieux à Mondrian. Personnages, graphisme et écriture s’entrechoquent et imposent un rythme inédit et en avance sur son temps.

"Hommage a Mondrian", 1968

"Hommage a Mondrian", 1968

"Personnage", 1972 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Personnage", 1972 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Enfin, Maryan occupe l’espace 2, avec une peinture de la fin des années cinquante, des pastels et un ensemble de sérigraphies en noir et blanc. On y retrouve ces figures d’un carnaval mordant, affublées de masques et d’insignes de pouvoir, exorcisant la souffrance, l’humiliation et la mort. Exécutées pendant la période new-yorkaise de l’artiste, elles sont montrées pour la première fois à la galerie.

"Sans titre", 1973 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

"Sans titre", 1973 de Maryan Courtesy Galerie Polad Hardouin © Photo Éric Simon

Les liens qui unissent ce mouvement à la galerie Polad-Hardouin sont multiples et profonds : des œuvres de la Nouvelle Figuration constituent un pan important de la collection de la galeriste Cérès Franco, qui joua un rôle fédérateur au sein de ce mouvement, et plus parti- culièrement pour ces artistes. C’est donc naturellement que sa fille, Dominique Polad-Hardouin, s’est imprégnée de cette esthétique, et a exposé ceux qui, quelques générations plus tard, ont inscrit leurs pas dans ce chemin.

En 2008, l’exposition collective «Nouvelle Figuration : acte III» organisée à la galerie entendait ajouter un troisième volet à celles de la galerie Mathias Fels (1961 et 1962) et mettre en lumière ce courant qui a perduré, malgré son manque de cohésion et de visibilité, et a infusé la jeune peinture contemporaine.

 

Galerie Polad-Hardouin

86 rue Quincampoix

75003 Paris

www.polad-hardouin.com

 

Horaires et jours d ‘ouverture: Du mardi au samedi de 11h à 19h.

Fermeture annuelle du 20 décembre 2014 au 6 janvier 2015

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE