L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

05 Mar

Expo Photographie Contemporaine: Florence HENRI "Miroir des avant-gardes"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Photographie Contemporaine

"Portrait Florence Henri"

"Portrait Florence Henri"

Du 24 Février au 17 Mai 2015

 

Le Jeu de Paume présente un vaste panorama de la production photographique de Florence Henri qui, développée entre 1927 et 1940, comprend aussi bien ses autoportraits, compositions abstraites, portraits d’artistes, nus, photomontages, photocollages, que des photographies docu- mentaires prises à Rome, à Paris et en Bretagne. L’exposition est constituée principalement de tirages d’époque ainsi que de quelques documents et publications.

"Composition Abstraite", 1937 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Composition Abstraite", 1937 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"La Trinité sur Mer, Bretagne", 1937-1940 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"La Trinité sur Mer, Bretagne", 1937-1940 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Marseille", 1929 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Marseille", 1929 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

L’exposition rassemble, pour la première fois en France, plus de 130 tirages d’époque de Florence Henri, ainsi que des documents et publications inédits qui rendent compte de la

production de l’artiste. Influencé par le constructivisme, le cubisme et le surréalisme, le travail de Florence Henri s’inscrit pleinement dans un climat d’euphorie créative au sein duquel la photographie comme le cinéma, l’architecture...  incarne un esprit d’innovation et de progrès, mais aussi un anticonformisme à l’égard de l’ordre visuel dominant.

Proche du Bauhaus, Florence Henri évolue au coeur de l’intelligentsia artistique européenne de son époque. Son amitié avec Fernand Léger, le couple  Delaunay, Hans Arp, László Moholy-Nagy ou encore Theo van Doesburg influence fortement son travail.

"Double portrait", 1927-1929 Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Double portrait", 1927-1929 Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Composition", 1928 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

"Composition", 1928 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

"Composition", 1928 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti © Photo Éric Simon

"Composition", 1928 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti © Photo Éric Simon

Florence Henri ouvre un studio à Paris en 1929. Rapidement, il devient aussi connu que celui de Man Ray. Les cours qu’elle y dispense sont très fréquentés et ses talents de portraitiste sont vite reconnus.

C’est moins l’image isolée qu’un travail de recherche constant qui anime l’oeuvre de Florence Henri. Les lignes et les compositions géométriques y demeurent des éléments récurrents. Au fil des années, elle complexifie ses compositions par l’utilisation de miroirs, d’objets industriels et naturels ou en collant ou superposant ses images.

"Portrait Composition Fernand Léger" de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

"Portrait Composition Fernand Léger" de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

"Portrait Composition  Kadinsky et Leger", 1934 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Portrait Composition Kadinsky et Leger", 1934 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

L’exposition s’attache à décrypter et valoriser le travail de Florence Henri sur le reflet, la per- spective, la profondeur de champ, le photomontage  autant d’explorations techniques phares dans l’histoire de la photographie moderne.

 

Dans sa jeunesse, Florence Henri étudie la musique et la peinture en Angleterre et en Allemagne.

En 1919, étudiante à l’Académie des beaux-arts de Berlin, elle rencontre l’écrivain et histo- rien de l'art Carl Einstein et se lie d’amitié avec des artistes d’avant-garde, entre autres Jean Arp, Hans Richter, John Heartfield et Lázló Moholy- Nagy. Elle suit des cours au Bauhaus de Weimar auprès de Paul Klee et Wassily Kandinsky.

En 1924, elle s’installe à Paris où elle fréquente l’Académie de Montparnasse, dirigée par André Lhote, puis l’Académie moderne fondée par Fernand Léger et Amédée Ozenfant.

En 1927, après une visite au Bauhaus de Dessau, elle abandonne la peinture pour la photo- graphie. C’est à cette époque qu’elle réalise ses fameux autoportraits au miroir et ses compo- sitions de natures mortes, issues de ses premiers essais de recherche spatiale qu’elle mène à travers la photographie.

"Pâtes La Lune", 1929 de Florence Henri  Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Pâtes La Lune", 1929 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

Entre la fin des années 1920 et le début des années 1930, ont lieu en Allemagne trois expo- sitions mythiques de l’histoire de la photographie européenne qui permettent de rendre compte de l’essor des nouveaux concepts en photographie et de la rupture avec la tradition : « Fotogra- fie der Gegenwart », au Museum Folkwang à Essen, en 1929, « Film und Foto » (« Fifo »), organisée la même année par le Deutscher Werkbund à Stuttgart.

cette exposition est le point culminant du mouvement de la Nouvelle Vision (Das Neues Sehen), promu, entre autres, par László Moholy-Nagy , et « Das Lichtbild » à Munich, en 1931, qui, quant à elle, consacre le triomphe de la Nouvelle Objectivité (Die Neue Sachlichkeit), représentée par Albert Renger-Patzsch.

"Nu Composition", 1936 de Florence Henri  Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Nu Composition", 1936 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

Invitée à montrer un nombre important de tirages dans ces trois expositions, Florence Henri se voit ainsi reconnue pour sa production photographique au cours de cette période fondamentale où l’outil photographique sert à libérer la vision de l’homme et l’ouvre à de nouvelles expériences.

"Composition Abstraite", 1928 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Composition Abstraite", 1928 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Composition", 1933 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Composition", 1933 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

Le studio que Florence Henri ouvre à Paris en 1929, rivalise avec celui de Man Ray.

Elle y donne des cours de photographie que fréquentent, entre autres, Lisette Model et Gisèle Freund. En dépit de la place centrale qu’occupe son oeuvre dans le milieu photographique des avant-gardes de la fin des années 1920 et de sa renommée comme portraitiste à Paris, et bien qu’elle ait publié ses photographies dans de nombreuses revues illustrées de l’époque – Arts et Métiers Graphiques, Lilliput, etc. , l’oeuvre de Florence Henri demeure largement méconnue.

"Portrait Composition- Tulia Kaiser", 1930 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

"Portrait Composition- Tulia Kaiser", 1930 de Florence Henri Courtesy Musée du Jeu de Paume © Photo Éric Simon

Ce commentaire de László Moholy-Nagy* illustre très clairement la position de Florence Henri : « Avec les photographies de Florence Henri, la pratique de la photographie aborde une nouvelle phase d’une toute autre ampleur que ce qu’il aurait été possible d’imaginer jusque ici. Au-delà de la composition documentaire, précise, exacte, des photographies définies à l’extrême, la recher- che de l’effet de lumière est abordée non seulement dans les photogrammes abstraits, mais aussi dans les photographies de sujets concrets. Toute la problématique de la peinture manuelle est assumée dans le travail photographique et, à l’évidence, se trouve considérablement élargie par le nouvel instrument optique. En particulierles images réfléchies et les rapports spatiaux, les superpositions et les intersections qui sont explorés dans une perspective et avec un point de vue inédits. »

* László Moholy-Nagy, dans « Zu den Fotografien

"Florence Henri Autoportrait", 1938 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

"Florence Henri Autoportrait", 1938 de Florence Henri © Galleria Martini & Rochetti

Florence Henri (New York, 1893 - Compiègne, 1982), artiste protéiforme, est d’abord connue pour sa peinture, avant de se faire une place incontestable dans le domaine de la photographie des avant-gardes entre la fin des années 1920 et le début des années 1940.

 

Jeu de Paume

1 Place de la Concorde

75008 Paris

 

http://www.jeudepaume.org

 

Horaires  d'ouverture: Mardi (nocturne) : 11h à 21h, Mercredi à dimanche : 11h à 19h
Fermeture le lundi, y compris les lundis fériés.

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE