L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

05 Jun

Expo Solo Show: Sarah JÉROME "Sous la chair des roches"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Exposition solo show

"L'Étang", 2014 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

"L'Étang", 2014 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

Du 14 mai au 20 juin 2015

 

Entre l’âge de sept ans et vingt ans, Sarah Jérôme exerce la danse quotidiennement. Au fil des étirements, des enchaînements et des efforts, elle parvient à sculpter et à modeler son corps. La danse classique appelle à un dressage du corps, une discipline que l’artiste a peu à peu refusée et abandonnée.

 

En 2008, elle décide de se plonger dans le dessin, la peinture et la sculpture. Le corps constitue la colonne vertébrale de sa réflexion plastique. Des ramifications s’opèrent vers d’autres terri- toires comme le temps, la mémoire, le paysage et la matière. Ses œuvres génèrent des impres- sions contradictoires.

Si la danse représente une source de jouissance et de beauté, elle renferme aussi la douleur, la privation et la soumission. La grâce y est synonyme de torture.

"Faust", 2013 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End  © Photo Éric Simon

"Faust", 2013 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End © Photo Éric Simon

"Pensée", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End  © Photo Éric Simon

"Pensée", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End © Photo Éric Simon

"Pensée", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End  © Photo Éric Simon

"Pensée", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End © Photo Éric Simon

Un rapport dichotomique que Sarah Jérôme distille dans son œuvre en opérant à des frotte- ments entre la séduction et la répulsion, l’étonnement et l’effroi, le rêve et le cauchemar, la délica- tesse et la brutalité.

Elle explore un espace entre-deux, deux états, deux sentiments, deux moments. Mue, réalisée en 2013 figure un couple dont les corps sont enchevêtrés. Formés de longs fils de lins tressés, ils semblent surgir de la matière, comme l’apparition d’une vision, d’un souvenir aussi bienveillant qu’angoissant.

 

Les tresses épaisses les emprisonnent, ils sont comme pétrifiés, figés dans le temps. L’artiste fait ici référence à nos ancêtres dont les histoires nourrissent non seulement les nôtres, mais aussi une mémoire collective. Entre présence et absence, ils nous habitent et traversent le temps. Leur apparence fascinante et monstrueuse souligne la complexité de l’histoire humaine.

L’artiste fouille la dimension monstrueuse du corps avec une série de peintures intitulée Les Montagnes. Sur des feuilles de calque, la peinture à l’huile est asséchée par l’essence. Les matières opposées sont travaillées par le dessin. L’artiste prélève et creuse la peinture pour faire surgir des visages féminins de montagnes massives et monumentales.

"Femme Montagne", 2015 de  Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

"Femme Montagne", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

"Femme Montagne", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End  © Photo Éric Simon

"Femme Montagne", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End © Photo Éric Simon

"Mue", 2014 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

"Mue", 2014 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End

Telles des chrysalides rocheuses renfermant des corps de femmes, les montagnes sont autant un abri à l’intérieur duquel il est possible de se cacher, qu’une prison. Les corps sont ici envisagés comme des constructions formées de couches et de strates. Pris dans la matière et dans l’ambivalence, ils sont en devenir ou bien murés dans la douleur et l’impossibilité. Il en est de même pour les visages sculptés dans la terre.

 

Le Champs de Pensées est composé de têtes endormies disposées au sol, elles sont survolées par un groupe de corbeaux dont les intentions sont aussi menaçantes que protectrices. En hybridant le corps, la nature et la mémoire, Sarah Jérôme revisite un registre symboliste convo- quant la magie, la religion, les mythologies et la poésie. Son œuvre engendre une vision plurielle de notre histoire, des relations humaines et de nos relations à la nature. Entre épanouissement et aliénation, l’artiste sonde la matière humaine pour en extraire les trésors monstrueux.

Julie Crenn

"Corbeau", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End  © Photo Éric Simon

"Corbeau", 2015 de Sarah Jérôme - Courtesy Galerie Da-End © Photo Éric Simon

Galerie Da-End

17, rue Guénégaud
75006 Paris

 

www.da-end.com

 

Horaires d'ouverture: Du mardi au jeudi de 14h à 19h. Les vendredis et samedis de 11h à 20h

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE