L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

01 Mar

Expo Photographie Contemporaine: Helena ALMEIDA "CORPUS"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Photographie Contemporaine

"Pintura habitada [Peinture habitée]", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris

"Pintura habitada [Peinture habitée]", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris

Du 9 février au 22 mai 2016

 

L’exposition ≪ Corpus ≫ est la premiere retrospective en France parcourant les differentes phases du travail d’Helena Almeida, depuis ses premieres oeuvres, datant du milieu des annees 1960, qui temoignent deja du processus de deconstruction de la toile avec l’utilisation de la photographie, a ses oeuvres recentes.

Apres ses premieres oeuvres tridimensionnelles, l’artiste trouve dans la photographie un moyen de combattre l’exteriorite de la peinture et de faire coincider sur un meme support l’etre et le faire, ≪ comme si je ne cessais d’affirmer constamment : ma peinture est mon corps, mon oeuvre est mon corps ≫.

Au-dela des lectures poetiques et metaphoriques que ces oeuvres peuvent inspirer, elles sont des tentatives d’attenuation des limites des mediums, telles celles de la photographie, de la perfor- mance et de la sculpture.

"ela habitada [Toile habitée]", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris

"ela habitada [Toile habitée]", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris

"Peinture habitée", 1975 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Peinture habitée", 1975 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

Ces corps deviennent simultanement forme sculpturale et espace, objet et sujet, signifiant et signifie. Le travail d’Helena Almeida est un condense, un acte soigneusement scenographie et hautement poetique.

Les representations de ces evenements montrent egalement le contexte dans lequel l’artiste s’inscrit.

Lors d’interviews, elle refute que ses images soient des autoportraits. C’est toujours son corps qu’elle represente, mais c’est un corps universel.

Vetue de noir, Helena Almeida integre dans ses photos des elements de son atelier. Elle prend des positions qu’elle a minutieusement choregraphiees afin de creer des compositions complexes, souvent organisees en serie. En 1969, pour la premiere fois, Helena Almeida se fait photographier par son mari, l‘architecte Artur Rosa, collaborant a son oeuvre en tant qu’auteur du registre photographique sous-jacent a cette forme mediatisee d’autorepresentation, qui devient des lors une caracteristique de son travail.

"Peinture habitée", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Peinture habitée", 1976 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Peinture habitée", 1975 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Peinture habitée", 1975 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

Helena Almeida marque la fin du medium unique, par l’utilisation conjuguee de la peinture et de la photographie, mais aussi du dessin et de la video, au profit d’une porosite reelle entre tous les supports artistiques. Ses experimentations s’inscrivent dans un contexte de crise du modernisme en Europe a la fin des annees 1960. Les oeuvres d’Almeida remettent enquestion la position de l’image a une epoque ou les moyens de reproduction et de diffusion se multiplient.

 

Les oeuvres les plus recentes d’Helena Almeida marquent une apprehension differente de son corps.

 

Ses mises en scene apparentees a des choregraphies devant l’objectif de son mari, Artur Rosa, ne peuvent etre comprises, selon elle, comme des performances.

Ses photographies capturent un instant, un moment fige, ou son corps apparait et disparait du plan de l’image. Son corps est le sujet, mais aussi le support de ses oeuvres.

Apres avoir associe le dessin, la peinture et la photographie, Helena Almeida explore les images, en particulier sa propre image. La photographie lui permet d’incarner ses dessins et ses peintures.

"Séduire", 2002 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Séduire", 2002 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Séduire", 2003 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Séduire", 2003 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Sans titre", 2010 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Sans titre", 2010 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Séduire", 2002 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Séduire", 2002 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

Helena Almeida est une artiste portugaise, connue pour ses oeuvres photographiques, mais aussi pour ses performances, peintures et dessins.

Nee en 1934 a Lisbonne, ou elle vit et travaille, Helena Almeida a acheve un cursus en peinture au departement des Beaux-Arts de l’Universite de Lisbonne en 1955, exposant regulierement depuis la fin des annees 1960. Son pere, le sculpteur Leopoldo de Almeida, la fait participer a ses seances de travail. Apres son mariage avec l’architecte Artur Rosa, Helena Almeida obtient une bourse et part a Paris

Sa premiere exposition a lieu en 1967. Les premiers travaux de l’artiste, en trois dimensions, revelent ses influences diverses et renversent la conception traditionnelle de la peinture.

A partir de 1969, Helena Almeida commence a travailler sur la notion d’autorepresentation. Selon elle, il n’y a pas de frontieres entre l’oeuvre et le corps de l’artiste. Ses oeuvres ne sont pas des autoportraits, mais se situent a la limite entre la performance, en capturant un instant, et le body art, lorsque son corps est le sujet de l’oeuvre.

"Ouve me", 1979 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Ouve me", 1979 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Sens moi", 1979 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Sens moi", 1979 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

"Ecoute moi", 1979  d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Ecoute moi", 1979 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

Au debut des annees 1970, Helena Almeida revient au dessin et aux oeuvres en trois dimen- sions, avec l’utilisation de crin de cheval, pour creer une impression de mouvement dans l’oeuvre.

A partir de 1975, Helena Almeida rassemble trois disciplines, la photographie, la peinture et le dessin utilisant alternativement du crin de cheval ou de la peinture bleue, rouge ou des pigments noirs sur ses photographies.

Ses expositions en de multiples lieux et pays – Kettle’s Yard a Cambridge (2009), Fundacion Telefonica a Madrid (2008), The Drawing Center a New York (2004), Biennale de Sydney (2004) et Centre galicien d’art contemporain a Saint-Jacques-de-Compostelle (2000) – ont contribue a faire reconnaitre, bien au-dela de son pays natal, la place eminente qu’elle occupe sur la scene artistique internationale. Helena Almeida represente le Portugal a la Biennale de Venise, successivement en 1982 puis en 2005.

 

COMMISSAIRES DE L’EXPOSITION:  João Ribas et Marta Moreira de Almeida, Museu de Arte Contemporanea de Serralves, Porto

"Al'intérieur de moi", 1998  d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris  © Photo Éric Simon

"Al'intérieur de moi", 1998 d'Helena Almeida - Courtesy Jeu de Paume Paris © Photo Éric Simon

Jeu de Paume

1, Place de la Concorde

Fr-75008 Paris

 

www.jeudepaume.org
 

Horaires d'ouverture: du Mercredi au dimanche de 11 h à 19 h.

Et le Mardi (nocturne) de 11 h à 21 h. Fermeture le lundi

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE