L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

04 Jul

Expo Photographie Contemporaine: Nobuyoshi ARAKI

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Photographie Contemporaine

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Du 22 juin au 23 juillet 2016

 

Les battements des paupières d’Araki Nobuyoshi sont les systoles et les diastoles d’un regard omni-photographique. En quelque soixante années, ces déclics ont révélé des centaines de mil- liers d’images, toutes argentiques et jamais numériques. Connu dans le monde entier pour ses photographies de femmes ligotées, en une tradition kinbaku qui allie art martial et sexe, le photo- graphe japonais offre, pour sa cinquième exposition personnelle à la galerie kamel mennour, une série de photographies récentes où certains liens se dénouent et laissent percevoir l’amour à mort.

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Kaori est son nom. Elle est danseuse. Depuis 2001, date de leur rencontre, elle apparaît dans mille et une photos.

Image après image, comme une Schérazade nippone, cette muse de Tōkyō semble réconcilier avec la vie l’homme blessé par le décès d’une épouse tant aimée, jamais oubliée : Yōko. Elle fut l’héroïne du « Voyage sentimental » de 1971 où Araki, son objectif fait œil, la caresse sous tous les angles. Yōko fut aussi, en 1989-1990, l’héroïne d’un « Voyage d’hiver » sans retour ; vaincue par le cancer.

Du visage de jouissance de la Yōko du «Voyage sentimental » au corps de cendres à peine incinéré de la Yōko du «Voyage d’hiver », s’amarrent les deux pôles du destin mélancolique d’Araki.

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Thanatos a colonisé Eros. La mélancolie résulte d’une perte inconsolable. Endeuillée à jamais, elle prend la couleur des yeux de femmes. Ces regards au plus vif de leur vibration quand le corps est immobilisée...

Prostituées, lycéennes, amantes et belles de toujours, pubères ou adultes, leurs pupilles bien vivantes disent la même quête. Celle de la photographie manquante. Araki en jalonne le vide par des milliers de clichés, jusqu’à en tapisser les murs des galeries et en joncher les sols des mu- sées, mais jamais cette photographie n’apparaîtra.

Elle serait celle qui révèlerait où s’est envolée Yōko, laissant, là, sa dépouille aux fleurs de cimetière.

Des fleurs, coupées, fanées ou artificielles, que la vie a déserté. Parfois, chez Araki, leurs pétales filent la métaphore sexuelle, se jouant naguère de la censure, s’offrant aujourd’hui à la poésie. Mais la mort a colonisé la vie et aucune photographie ne résoudra l’énigme.

Où s’en vont les caresses, l’amour, les larmes, et où s’en va l’être ?

En somme, où est Yōko à présent ?

Existe-t-elle encore ailleurs qu’en mémoire photographique ?

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

L’attachement kinbaku se joue du corps pour percevoir l’âme. « La photographie est un va-et-vient entre la vie et la mort », affirme Araki Nobuyoshi. Ces mots résonnent des ciels qu’il photographie quotidiennement, qu’ils soient d’une mélancolie de nuage, d’un bleu de cobalt ou d’un or de couchant. Et Kaori, la ,muse n’est pas loin.

Parfois ligotée, elle est ici libre d’entraves. Elle est tranquille, à côté d’une poupée lacérée d’inquiétante étrangeté ; elle est géante, à côté du combat radioactif de deux Godzilla ; elle rit au sortir du bain qu’un gros poisson rouge dégorge son filet d’eau sur ses seins ; elle est lascive, sur son divan d’orgasme, un jouet d’iguane posé à même le kimono ouvert sur son mont de Vénus ; elle est sereine, la main posée sur une commode où un tyrannosaurus rexrejoint une amoureuse de gâteau.

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Araki Nobuyoshi - Courtesy Galerie Kamel Mennour © Photo Éric Simon

Les fleurs artificielles sont le théâtre de petits jeux où s’esquissent des vies de plastique, de Barbies encordées, de poupons désarticulés et ensanglantés, d’animaux préhistoriques aussi gigantesques que des joujoux, de scénarios humanoïdes.

Les photographies rassemblées diffusent leurs éclats de rires et de larmes pour faire le constat d’une vie contemporaine parfois dérisoire.

Cet ensemble d’images d’Araki Nobuyoshi semble traverser la mélancolie pour coupler deux invitations à vivre. L’une résonne d’art « Memento mori» et la seconde de philosophie  « Carpe diem».  Autrement dit, « souviens-toi que tu vas mourir » alors «cueille le jour présent ».

Annabelle Gugnon

Galerie Kamel Mennour

47, rue Saint-André des arts
Fr- 75006 Paris

 

www.kamelmennour.com

 

Horaires d'ouverture: Du mardi au samedi de 11h à 19h

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE