L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE

19 Sep

Expo Estampe Contemporaine: Paul JACOULET, un artiste français au Japon (1896-1960)

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Peinture Contemporaine

 © Photo Éric Simon

© Photo Éric Simon

Du 9 septembre au 15 octobre 2016

 

Paul Jacoulet, rare Occidental ayant passé toute sa vie au Japon, a renouvelé l’art de l’estampe ukiyo-e par l’audace des couleurs et l’originalité des sujets traités. Artiste-voyageur, il a réalisé d’étonnantes séries de portraits et de scènes de la vie quotidienne du Japon, mais aussi de Corée, de Chine, de Mongolie, de Micronésie. La centaine de gravures sur bois réunies dans cette exposition ont été réalisées entre 1934 et 1960.

Entre témoignage ethnographique et Asie rêvée, elles nous entraînent dans un monde aujourd’hui disparu.

"Hommage aux ancêtres: Prête Shinto", février 1956 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Hommage aux ancêtres: Prête Shinto", février 1956 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Danses d'Okesa, Sado", décembre 1952 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Danses d'Okesa, Sado", décembre 1952 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Le nid", mai 1941 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Le nid", mai 1941 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Le trésor", mai 1940 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Le trésor", mai 1940 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

Né à Paris en 1896, Paul Jacoulet a trois ans lorsque ses parents s’installent au Japon. Il y restera jusqu’à sa mort en 1960. Dès l’adolescence, il suit l’enseignement de maîtres qui l’initient à la peinture classique de style ukiyo-e.

Jacoulet voyage intensément dans les îles du Pacifique, en Corée puis en Mandchourie, terri- toires alors sous contrôle nippon. D’abord aquarelliste, il choisit à partir de 1934 la technique de la gravure sur bois comme moyen d’expression principal. Très tôt, ses estampes sont exposées à Tokyo, Osaka, Kobe et Séoul.

Cependant, affecté par le chaos né de l’entrée en guerre du Japon, il cesse de peindre pendant toute la durée du conflit. Fin 1946, encouragé par quelques Américains membres des troupes d’occupation, il reprend la production d’estampes et son succès dépasse dès lors le Japon et la Corée pour s’étendre aux Etats-Unis et en Australie.

"Les Pastèques, Johokuri", septembre 1939 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Les Pastèques, Johokuri", septembre 1939 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Flocons de neige, Pyongyang", avril 1956 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Flocons de neige, Pyongyang", avril 1956 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Le chant des frileuses, Mongolie", février 1958 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Le chant des frileuses, Mongolie", février 1958 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Les perles Manschoukuo", décembre 1950 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Les perles Manschoukuo", décembre 1950 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

Ses œuvres, série flamboyante de portraits d’hommes et de femmes des pays d’Extrême-Orient et des archipels du Pacifique, y font l’objet de nombreuses expositions. On y découvre une sensibilité aiguisée, une démarche quasi ethnographique, une sensualité audacieuse couronnée d’une parfaite maîtrise technique. Mais derrière la beauté d’un monde coloré et souriant se perçoit la certitude de sa prochaine disparition.

"Les Paradisiers, Menado, Celèbes", décembre 1937 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Les Paradisiers, Menado, Celèbes", décembre 1937 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

"Le Betel, Yad", mars 1940 de Paul JACOULET  © Photo Éric Simon

"Le Betel, Yad", mars 1940 de Paul JACOULET © Photo Éric Simon

Paul Jacoulet est resté longtemps inconnu en France. Ce n’est qu’en 2011 qu’une première exposition lui est consacrée à la Bibliothèque nationale de France, suivie, en 2013, d’une autre au Musée du quai Branly. À son tour, la MCJP met à l’honneur cet artiste singulier, ouvert sur le monde, qui fit la synthèse des univers occidentaux et orientaux.

Les œuvres de l’exposition ont été aimablement prêtées par Jacques Dumasy, ancien diplomate ayant résidé de nombreuses années en Extrême-Orient.

Maison de la culture du Japon à Paris

101 bis, quai Branly

FR- 75015 Paris

 

www.mcjp.fr

 

Horaires d’ouverture : Du mardi au samedi de midi à 20h

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE