L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

09 Jun

Expo Peinture Contemporaine: Zach HARRIS « Purple Cloud »

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Peinture Contemporaine

"Small Succulent", 2013-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Small Succulent", 2013-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Du 18 mai au 29 juillet 2017

 

Perrotin Paris à le plaisir de présenter “Purple Cloud” la première exposition de Zach Harris à la galerie et en dehors des Etats-Unis.

 

« Des déesses ; et par d’idolâtres peintures,

À leur ombre enlever encore des ceintures :

Ainsi, quand des raisins j’ai sucé la clarté,

Pour bannir un regret par ma feinte écarté,

Rieur, j’élève au ciel d’été la grappe vide

Et soufflant dans ses peaux lumineuses, avide

D’ivresse, jusqu’au soir je regarde au travers. »

 

Stéphane Mallarmé "L’Après-Midi d’un Faune, 1876"

"Glass Guillotine", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Glass Guillotine", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Linen Last Judgement (Yellow Prism)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Linen Last Judgement (Yellow Prism)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Linen Last Judgement (Yellow Prism)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Linen Last Judgement (Yellow Prism)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

A étudier le travail obsessionnel et mystérieux de Zach Harris, on découvre que la surface de ses panneaux de bois, aux tons éclatants et aux formes inquiétantes, révèle en réalité un travail subtil comme la gravure au laser ou la sculpture à la main, faisant écho à une certaine sensibilité américaine pour l’artisanat.

Les craquelures et découpes à la surface de l’œuvre dévoilent une sous-couche composée d’une multitude de scénettes, esquissées au crayon ou au stylo bille, représentant tantôt des scènes érotiques évoquant l’iconographie des miniatures perses ou moghols, tantôt des scènes de batailles où les saints et les hommes semblent tirés du Jugement Dernier de Michel-Ange.

 

La pratique artistique de Zach Harris révèle une tension entre le macro et le micro, entre l’imagerie de l’épique et l’attention raffinée accordée au détail, entre la surface virtuose et captivante et la sous-couche méticuleuse et obsédante.

"Water on fire Bird", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Water on fire Bird", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Twelve Months (for 2020)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Twelve Months (for 2020)", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Qu’il représente des calendriers Maya ou des horloges solaires évoquant L’Homme de Vitruve et ses proportions parfaites, qu’il aligne étoiles et personnages mythiques, ou qu’il dépeigne des éclairs et des livres en flammes sur le bord de ses panneaux de bois, Zach Harris démontre une ferveur particulière pour la cosmologie et les systèmes cycliques, ainsi qu’une réflexion profonde et insolvable sur l’ordre et le chaos.

 

Cette approche systémique fait écho à celle du peintre américain Paul Laffoley, dont le langage pictural teinté de symbolisme et de paranoïa fait référence au mysticisme, tandis que les couleurs vives et l’imagerie excentrique qu’il s’approprie évoquent la science-fiction.

De manière similaire, Zach Harris nourrit sa pratique d’une étude presque compulsive des structures calendériques, et plus particulièrement du nombre ‘2020’, qui représente à ses yeux un alignement de chiffres exemplaires ou encore la date possible d’un futur idéal.

"Study for 20/20", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Study for 20/20", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Pentagon Sky", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Pentagon Sky", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Double Helix (in 2020)", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Double Helix (in 2020)", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

L’univers visuel de Zach Harris et sa représentation du monde semblent traduire une fascination pour la peinture européenne. Les couleurs vives et les formes géométriques de ses panneaux aux multiples facettes évoquent le post-impressionnisme.

Une de ses peintures, figurant une fenêtre en forme de guillotine sculptée dans le bois, fait explicitement référence au tableau de Pierre Bonnard de 1921 La Fenêtre Ouverte.

 

Les visions mystérieuses de Zach Harris semblent également convoquer le symbolisme de Gustave Moreau, mais teinté d’une touche de psychédélisme californien.

"Sunrise Sunset (in 2020)", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Sunrise Sunset (in 2020)", 2015-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Silver Sky", 2014-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Silver Sky", 2014-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Silver Sky", 2014-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Silver Sky", 2014-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Cloud Kitty Arrival", 2016-2017  de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Cloud Kitty Arrival", 2016-2017 de Zach HARRIS - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Observer les œuvres de Zach Harris nous entraîne aux confins de la contre-culture califor- nienne, là où la tradition américaine de la peinture paysagiste visionnaire se confronte aux illusions optiques. Ici les tons psychédéliques et les personnages underground se mêlent à des symboles occultes pyramides ou yeux dans une atmosphère apocalyptique.

 

Les peintures de Zach Harris sont hantées par des nuages pourpres, des couchers de soleil orangés, des levers de soleil rosés, et une étrange magie semble émaner de leur halo. C’est la vison d’un Gustave Moreau brûlant d’amour pour Salomé, tous deux vêtus de costumes français, filant en décapotable dans l’or du soir de Malibu Beach.

Martha Kirszenbaum - Mars 2017

Galerie Perrotin

76 rue de Turenne
75003 Paris

France

 

www.galerieperrotin.com

 

Jours et Horaires d'ouverture: Du mardi au samedi de 11h à 19h

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE