L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

23 Jun

Expo Peinture Contemporaine: Julien GORGEART "ENTÊTANT"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Peinture Contemporaine, #Expo Dessin Contemporain

"ALPHAVILLE", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"ALPHAVILLE", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

Du 10 juin au 8 juillet  2017

 

En fédérant une lecture prosaïque du monde contemporain, Julien Gorgeart  traduit une vision narrative et cinématographique de l’intime. L’appartenance des fragments de vie quotidienne, déployés sur toile et sur papier, n’est pas clairement déterminée ; elle marque l’autorisation du regardeur à pénétrer une réalité bicéphale, tergiversant avec l’inconnu et le familier.

De cette représentation affranchie de tout code spatio-temporel, on pénètre l’image à la manière d’un incipit in media res. Le réalisme des scènes d’intérieur, des portraits et des pay- sages invite une frontalité et une immédiateté d’appréciation évidentes, soutenues par une plasticité passée au filtre photographique.

Sans négliger les fondamentaux sémantiques domination de l’artefact, éloge de l’anonyme —, c’est le cadrage qui participe activement à l’énonciation de ce trouble interstitiel.

"Ballade", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

"Ballade", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

"The limit of control", 2015 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"The limit of control", 2015 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"Climax", 2014 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

"Climax", 2014 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

Se définissant lui-même comme « peintre du simulacre », Julien Gorgeart transcende les limites de l’illusion et réactive une iconographie de l’ordinaire via l’aquarelle. Au-delà des apparences, il tisse le récit de vies insouciantes dont la cohérence sémantique opère sous l’égide de la trivialité et de l’erreur.

Erreur qui se manifeste par un effacement partiel du sujet, un hors-champ dûment contrôlé, un flou total mis au service d’une esthétique de la saturation. Autant de parasites visuels qui interviennent au cœur d’un académisme certain employé par l’artiste, où la fidélité archétypale des corps et des décors inscrit sa démarche dans une perspective existentialiste.

Celle-ci est formulée à son paroxysme à travers Alphaville (2017), dernière peinture de l’artiste, dont le titre soutient l’écho déshumanisé du film de Godard (1965) et l’apparence isolée du quartier éponyme à São Paulo.

"J'ai toujours rêvé d'être un gangster #1", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"J'ai toujours rêvé d'être un gangster #1", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"Motifs", 2016 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

"Motifs", 2016 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB

"J'ai toujours rêvé d'être un gangster #2", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

"J'ai toujours rêvé d'être un gangster #2", 2017 de Julien GORGEART - Courtesy Galerie ALB © Photo Éric Simon

Mise en exergue de l’anonymat, exploration des signes propres à l’histoire individuelle et inspection du souvenir domestique : telle une quête d’échantillons personnels, la peinture de Julien Gorgeart effectue, par glissement, une introspection du reconnaissable.

Le silence formel qui règne en maître par l’immobilité des captures interroge la mémoire collective et sa représentation. « Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont. », écrit Nietzsche.

 

Dans cette veine, Julien Gorgeart offre un miroir de l’expérience humaine, percute les murs du paraître au profit d’une fiction polymorphe. Laissant la part belle à l’imagination de l’observateur pour conjuguer chaque image au temps qui lui convient.

Maxime Gasnier

Julien GORGEART © Photo Éric Simon

Julien GORGEART © Photo Éric Simon

Les toiles et les aquarelles de Julien Gorgeart semblent témoigner du monde contemporain, celui dans lequel l’artiste et le regardeur évoluent. Il figure la banalité du quotidien peuplé de fêtes dans les salons, de virées noc- turnes entre amis, de paysages urbains et de natures mortes intimes. Malgré les apparences hyperréalistes, Julien Gorgeart est un peintre du simulacre.

Au pinceau, il traduit le monde réel afin d’ouvrir des perspectives narratives et cinématographiques. Avec une fidélité de type photographique, ses œuvres représentent des scènes de vies quotidiennes. Pourtant, la réalité n’y est qu’illusion, simulation et réactivation. Issues de sa propre expérience, de celles de ses proches ou d’inconnus, les images subissent un véritable travail de montage.

Né en 1979 en France - Vit et travaille à Rennes.

Galerie Anouk Le Bourdiec

47, rue Chapon

Fr - 75003 Paris

 

http://www.galeriealb.com/

 

Jours et Horaires d'ouverture: du mardi au samedi de 13h à 20h.

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE