L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

30 Sep

Expo Peinture Contemporaine: Chen Fei “Fine Art”

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Peinture Contemporaine

"National Conditions", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"National Conditions", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

 

Du 7 septembre au 7 octobre 2017

 

La galerie Perrotin Paris est heureuse de présenter « Fine Art » de Chen Fei. Cette première exposition personnelle de l’artiste Chen Fei à Paris fait suite à l’exposition « Flesh and Me » de 2014 à la galerie Perrotin Hong Kong.

 

Né en 1983 dans la province du Shanxi, Chen Fei se considère comme un outsider. Depuis ses études à la Beijing Film Academy, il fréquente davantage les sous-cultures de la jeunesse pékinoise, les salons de tatouage ou la scène musicale punk que l’univers des beaux-arts.

"Graphic Selection", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Graphic Selection", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

En témoigne son style pop caractéristique, mélangeant les lignes et les surfaces fluides des dessins animés et manga pour illustrer les états psychosexuels du demi-monde de Beijing. Affranchies de tout effet pictural, les images plâtes et immédiates reprennent les codes de la bande déssinée : contours nets et aplâts de couleur.

 

L’important n’est pas la façon dont le tableau est peint mais les images elles-mêmes, illustrations épurées d’un monde réel souillé. Chen Fei n’ignore toutefois pas l’histoire de l’art, il l’exploite sardoniquement en s’attaquant aux règles, en marquant son altérité. Scavengers (2010), basé sur l’œuvre préraphaélite emblématique de John Everett Millais, Ophelia (1851-52), représente une jeune femme pataugeant dans un étang de forêt et repêchant le corps d’Ophelia/Chen Fei (au ventre ouvert). Xiao Wu Ji(2012) fait référence au tableau.

Un Bar Aux Folies Bergères de Manet (1882), représentant une vendeuse s’ennuyant au comptoir d’une boutique de matériel électronique. Dans les nouvelles œuvres de Chen Fei cependant, les recherches auparavant fortuites sur l’histoire et la pratique de l’art occidental et oriental deviennent un thème central. L’artiste marginal est entré dans le sérail.

"Natural History", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Natural History", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Les dessins animés sont dérivés d’un procédé utilisé pour transposer les motifs d’une surface vers une autre (l’exemple le plus célèbre remontant à Michel-Ange pour la chapelle Sixtine).

Aujourd’hui, il est principalement employé pour les films d’animation, domaine dans lequel Chen Fei s’est spécialisé durant ses études. Un film est essentiellement une série cinétique d’images immobiles constituant une narration. La sélection d’une « image immobile » donne métonymiquement la priorité à un moment.

Dans « Fine Art », Chen Fei s’empare de moments génériques de l’histoire (de l’art), chinoise comme occidentale, pour critiquer l’histoire (de l’art) contemporaine.

"Huaqing Hot Spring", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Huaqing Hot Spring", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Obscène et très drôle, l’œuvre centrale de l’exposition n’est autre que Traditional Self Portrait (2015), un autoportrait grandeur nature de l’artiste, nu et avec une érection, dans la pose classique d’un peintre occidental (Rembrandt ? Velázquez ? – nous l’ignorons) adoptant une expression hautaine et narcissique.  Traditional Self Portrait est à la fois un pastiche et une parodie.

Pourtant, si Velázquez considère  son autoportrait comme un témoin au sein du portrait royal Les Ménines (1656), dans la peinture de Chen Fei, l’accent est exclusivement mis sur le vrai roi : l’artiste. Dans le tableau, l’autoportrait présumé sur lequel le modèle de Chen Fei travaille n’est pas visible et même l’arrière-plan est d’un noir anonyme.

L’autoportrait reflète la circularité du narcissisme (et de l’histoire de l’art également), cooptant le spectateur dans l’une des positions subjectives de l’artiste (observons-nous du point de vue du peintre, du miroir ou de l’œuvre qui est en train d’être peinte ?).

La peinture mélange de façon ambigüe art et culture majeurs et mineurs, vie publique et vie privée. L’artifice instinctif du portrait (et de l’autoportrait) est accentué par d’autres doublons :

l’avant-bras droit et le sexe sont alignés, tout comme le pinceau dans la main droite et la toile-palette dans la main gauche (la palette/mini-toile est une façon de tourner en dérision la valeur et la place qu’occupe l’art abstrait dans l’histoire de l’art). Les tatouages renferment une autre information diégétique, notamment une représentation physique d’un cœur à l’endroit même où le vrai cœur de l’artiste est censé battre.

"Aesthetics of Balance - Left", 2017 et "Aesthetics of Balance - Right", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Aesthetics of Balance - Left", 2017 et "Aesthetics of Balance - Right", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Dans Sketch (2016), Saint Barthélémy/Hercule pose dans une jungle. La pose et la tête sont inspirées de l’Hercule Farnèse datant du troisième siècle (env. 216 ap. J.-C.). La peau écorchée de son corps, en lieu et place de celle du Lion de Némée, pend tel un peignoir posé sur une épaule, rappelant la pose originale de la statue dans les thermes de Caracalla à Rome (env. 216 ap. J.-C.). Deux porcelets observent calmement Hercule, référence à l’un des 12 travaux  la capture du Sanglier d’Érymanthe que le héros a dû accomplir pour l’assassinat de sa famille suite à son ensorcellement par la déesse Héra. Hercule a engendré une nouvelle famille.

 

Dans Natural History (2016), une femme habillée comme si elle allait  en boîte ou à la salle de sport se tient dans un champ idyllique entourée de divers animaux tels qu’un tatou, un écureuil ou encore un manchot. Une autre toile met en scène une famille chinoise dans un  salon américain fictif des années 60 : le père lit son journal, la mère

sirote un thé, et un enfant afro-américain s’approche de la mère tandis qu’un buste de Chen Fei se trouve au centre du tableau. Une nature morte d’un maître néerlandais met en scène un bol chinois débordant de fruits et légumes très suggestifs, notamment des concombres et des bananes.

"Still Life", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Still Life", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Big Model", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Big Model", 2017 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Enfin, A Big Event est une explosion graphique de rayons de lumière, rappelant l’iconographie japonaise du soleil, populaire mais historiquement ambivalente, notamment le lever du soleil impérial, et également utilisée autrefois comme élément d’imprimés populaires par des maîtres tels que Katsushika Hokusai (1760-1849) et Utagawa Hiroshige (1797-1858).

 

Nous pourrions tout aussi aisément regarder une œuvre Spin Art de Damien Hirst, produite semi-mécaniquement et consistant, entre autres, à projeter de la peinture sur la surface de la toile. Chen Fei ne laisse toutefois rien au hasard et nombreux sont les sous-entendus. Son explosion solaire dévoile un vide réel en son centre, comme sur les levers de soleil stéréotypés représentés sur les tatouages occidentaux et célébrant le design fluide du symbole tout en ignorant apparemment la part d’ombre de son héritage.

"Sketch", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Sketch", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Sketch", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail "Sketch", 2016 de CHEN FEI - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Même dans le demi-monde et les scènes alternatives, Chen Fei sort du lot. Dans chaque symbole des sous-cultures et des hautes cultures, occidentales comme chinoises, il trouve matière à plaisanterie et à critique. Un tatouage a beau être superficiellement permanent, les signes sont incertains et leurs histoires ouvertes à interprétation. Chen Fei n’est pas nécessairement contre les hiérarchies – les sous-cultures sont, elles aussi, exclusives mais il aime les subvertir.

 

Christopher Moore

Juillet 2017

Galerie Perrotin

76 rue de Turenne

Fr -  75003 PARIS

 

https://www.perrotin.com

 

Jours et horaires d’ouverture: du mardi au samedi de 11h à 19h.

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE