L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

02 Oct

Expo Peinture Contemporaine: Klara KRISTALOVA «Camouflage»

Publié par Eric SIMON

"Waiting for Something", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Waiting for Something", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Du 7 septembre au 7 octobre 2017

 

Composante essentielle sans y être littéralement représenté, le paysage occupe l’univers mental et physique de Klara Kristalova, sans être un thème en soit. Il se déduit par bribes de ses dessins, de ses céramiques, de ses bronzes qui peuplent les expositions sombres et mystérieuses qu’elle dévoile ces dernières années.

 

Elle préfère l’évocation, la sensation du paysage à sa représentation littérale. Tirées de nouvelles productions réalisées pour l’exposition, les œuvres ont d’abord habité son entourage immédiat avant de s’installer à Paris.

Son atelier se trouve dans la campagne suédoise, dans une forêt près d’un lac, au nord de Stockholm.

La scénographie de l’exposition, conçue avec l’expertise du fleuriste Thierry Boutemy, évoque cet environnement prégnant qui infuse l’imaginaire de Kristalova, sans pour autant opérer une reconstitution fidèle.

"Leaf man", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Leaf man", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Love and Devotion", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Love and Devotion", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Watching the sleeping woman", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Watching the sleeping woman", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Dans cette nouvelle exposition à la galerie Perrotin, une salle est dédiée aux dessins ; les autres, aux installations de céramiques peintes et aux bronzes. S’y retrouvent des personnages hybrides à corps féminins et têtes d’oiseaux, des chiens étranges, des humains coiffés de masques animaliers, à moins qu’ils ne soient vus en pleine métamorphose.

 

L’inspiration de l’artiste n’est pas faite de récits concrets et linéaires, de faits extraordinaires et surréels, il est innervé par une présence plus « normale », d’une normalité certes un peu bizarre mais finalement très commune, faite de ce réel qui recèle une part d’inconscient débridé. Sa communauté de personnages, souvent récurrents d’une exposition à l’autre, l’accompagne suivant un fil narratif qui nous échappe. Assurément, ils sont connectés au monde et touchent notre inconscient ; d’une certaine manière, ils sont rassurants.

Détail Installation "The Gang of Ten", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Détail Installation "The Gang of Ten", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Red roses", 2016  de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Red roses", 2016 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Installation "In the Woodland", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Installation "In the Woodland", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Le paysage autour de son atelier, où ces œuvres trouvent parfois place, n’est pas si exceptionnel aux yeux de l’artiste même s’il constitue un enchantement pour ses visiteurs. Accoutumée à cette présence naturelle, Kristalova s’en inspire sans la copier. C’est un paysage qu’elle admire sans l’idéaliser, dont elle en tire une grande inspiration qui va du merveilleux à l’étrange.

L’habitude de ces lieux est le meilleur des substrats pour que son imagination vagabonde, fasse fleurir des êtres à la tête de capucine, aux racines branchues, aux corps recouverts de plumes lourdes.

 

L’ennui est d’ailleurs le meilleur des vecteurs pour l’imaginaire. L’étrange qui se faufile et s’échappe du quotidien, rejoint l’esthétique de Klara Kristalova, avec un même style simple, embarquant le spectateur dans des déambulations aux sentiments mêlant effroi et fascination

. Chez elle, la nature occupe une très grande place, anxieuse, hantée par sa disparition, par son exposition aux changements climatiques qui entrainent son altération. Ce sentiment de perte est partout dans son travail, infusant les formes d’une certaine mélancolie, le désir d’embrasser cette ressource puissante et fragile.

"Installation "Left behind, but returning", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Installation "Left behind, but returning", 2017 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Young horse", 2017 et ""The Gardener", 2016 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

"Young horse", 2017 et ""The Gardener", 2016 de Klara KRISTALOVA - Courtesy Galerie Perrotin © Photo Éric Simon

Les œuvres se suivent, se répondent d’une exposition à une autre, se nourrissent de cette nature qui les construit. Elles sont si proches de l’artiste, peuplant son rapport au monde, jour après jour, elle vit avec elles. Son atelier est rempli de leur présence. Dans le paysage, ces œuvres surgissent de la mousse, des feuilles, de la terre.

C’est ce que l’artiste cherche à restituer avec cette exposition, sans tomber dans la transpo- sition. À Paris, réunis autour d’une figure dansante en bronze, elles offriront un nouvel aperçu de la famille disparate et tendre qui émerge de l’argile sous les doigts et les pinceaux de Klara Kristalova.

 

Bénédicte Ramade

Juillet 2017

Galerie Perrotin

76 rue de Turenne

Fr -  75003 PARIS

 

https://www.perrotin.com

 

Jours et horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h.

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE