L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

12 Jan

Expo photographie Contemporaine: Oleg Dou " Another face"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Photographie Contemporaine

Du 5 janvier - 25 février 2012


Dans la production numérique de ces dernières années, Oleg Dou est le porte-parole spectaculaire de ce qu’André Rouillé désigne comme « l’ère du doute ». La vérité n’est plus tangible, elle est fuyante. Est-ce de la photo, est-ce du collage numérique ? Est-une expression virtualisée du propos de l’artiste ou une optimisation esthétique de son projet ?

"Les photographes ne me considèrent pas comme un des leurs, mais les artistes contemporains me détestent autant, pour eux je ne suis pas assez conceptuel".


378859_219502041458192_171777696230627_497007_1146557999_n.jpg 380814 219502061458190 171777696230627 497008 511760789 n


Peu soucieux de cette ambiguïté, Dou se veut manipulateur. Chacun de ses portraits, criant de réalisme, déroute la raison exposée aux déformations d’organes, aux épidermes tuméfiés. La nature humaine, incarnée dans le visage et plus particulièrement dans le regard, y subit des agressions que l’émotion ne supporte pas. Manifestement les images ont bénéficié de prouesses techniques, – c’est notre bon sens qui l’affirme -, mais cela ne rassure pas ; tout est là pour suggérer la possible réalité de ces tortures.


383573_219502088124854_171777696230627_497009_658613091_n.jpg 391803_219502111458185_171777696230627_497010_1298616488_n.jpg


Dans sa dernière série, justement intitulée ‘Another Face’, (qui comporte 8 portraits), Dou pense au masque qu’on porte et qui devient, sans qu'on s'en rend pas compte, notre autre, ou notre vrai ? - « moi ». Et il va plus loin ; pour la première fois, il inscrit sans fard numérique les violences qu’il projette sur les visages. Du moins le croit-on.

 

On pense enfin discerner de la vérité photographique ce que l’artiste inscrit comme un message supplémentaire. Sauf que les visages eux-mêmes ont été torturés – peaux glabres, peaux mortes -, et du coup deviennent une normalité parce que les ajouts apparents – trait de crayon rouge, motif de fond d’écran - piègent notre entendement : ce serait là le procédé, la face des modèles étant la réalité crue et finalement insupportable.

 

La métonymie du visage pour désigner l’être n’en est que plus efficace, elle touche à notre Moi.


Galerie RTR
42 rue Volta
75003 Paris
Métro Temple ou Arts et Métiers

Ouvert du Mardi au Samedi 14h-19h
et sur rendez-vous

 

Notre Avis: PICTO5

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE