L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

27 Sep

Sandy Skoglund - Cerise Doucède "Mises en scène"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Photographie Contemporaine

 

Du 6 septembre  au 3 octobre 2012

 

 

Pour son exposition de la rentrée, Inception Gallery fait une proposition sur la mise en scène dans la photographie contemporaine en présentant les œuvres de l’artiste américaine Sandy Skoglund et de Cerise Doucède, jeune talent, lauréate du concours du Royal Monceau pour la photographie en 2012.

 

skoglund-slide01.jpg fresh web50-2mb


 

Loin des concepts du milieu du XXème siècle sur « l’instant décisif » par Henri Cartier-Bresson, ou bien du photojournalisme de Brassaï ou encore Walker Evans, la photographie devient un objet étudié : de la mise en scène des décors, des personnages, de la gestuelle jusqu’à la prise de vue. Des mises en scène proche de l’âge d’or de la peinture Néerlandaise ou plus globalement de la peinture de genre flamande du XVIIème siècle: une théâtralisation des personnages auxquelles aucune identité spécifique ne peut être attachée, ce ne sont ni des portraits, ni des représentations de personnages historiques. Des représentations de personnages seuls, des sujets quotidiens, des postures idéalisées (maniérées).

 

 LAR_BD_5033_C.jpg

 

Ces trois artistes ont aussi comme point en commun, le mélange des genres : sculpture, maquette, peinture, couture, modèle vivant. Le tout figé en une photographie au point de vue unique qui restera comme la trace d’une œuvre plastique que l’on pourrait qualifier d’installation. Les critiques de photographie utilisent d’ailleurs souvent l’expression : « Tableaux photographiques » pour les qualifiées. On pense dés lors à Georges Rousse ou au Land Art avec Christo par exemple dont la photographie est la mémoire d’une installation et d’une mise en scène dont la réalisation se fait dans l’espace et la conception dans le plan.

Sandy Skoglund

Photographe américaine née en 1946, elle enseigne la photographie à l’université Rutgers dans le New Jersey au Etats-Unis. C’est en 1980 que l’artiste se fait connaître par son œuvre «Radioactive Cats» : l’interprétation d’un espace intérieur avec des sujets sur les différences sociales au vieillissement, la guerre nucléaire et ses conséquences. L’axe de travail de l’artiste est resté à peu prés le même pendant toutes ces années.

 

popcorn2.png shimmering.png

 

L’invasion et l’étouffement est un des premiers axes de lecture de ses œuvres : elle est provoquée par la répétition d’éléments, une systématisation presque, interroge en premier lieu la notion d’espace. L’espace de l’œuvre, la notion de limite du format bien sûr, mais aussi celle réservée à l’homme. Le sentiment d’étouffement et de menace provoqué par la multiplication voir l’omniprésence d’éléments. L’espace est réinterrogé et la place du libre arbitre est contesté, voir envahi. Un travail en lien avec les surréalistes comme Magritte est évident.

 

 

En second lieu, l’œuvre de Sandy Skoglund ne manque pas d’interroger le temps. La multiplication des poses et attitudes n’est pas sans rappeler la chronophotographie d’Etienne-Jules Marrey. Cependant Sandy Skoglund tient à ce que les poses n’aient pas de continuité temporelle égale.

 

cocktailparty.png walking-on-eggshells.jpg

 

Dans un troisième temps, ce qui est à noter sont les techniques multiples pour en arriver au cliché photographique. Elle confectionne elle même tous les éléments de sa photographie dans son studio et ne fixe qu’un seul point de vue avec son appareil argentique. Il n’y a qu’un point de vue unique pour son œuvre, non seulement pensé et choisi en amont, mais aussi et surtout inéchangeable.

 

atomiclove2.jpg

 

Les thématiques abordées sont variées : la guerre, le lien entre humain et nature, la société de consommation, le clonage, l’artificiel. Un univers loufoque et coloré parfois dérangeant, qui ne cesse de questionner la place de l’homme occidentale dans le monde, l’exploration de son intériorité : inconscient, rêve et paradoxe chers aux surréalistes.

 

 

 

 

 

Cerise Doucede

Née en 1987 à Toulon en France, elle est lauréate en 2012 du concours Royal Monceau pour la photographie. Elle a aussi participé comme l’ont également fait Nan Goldin, David Lynch, Youssef Nabil ou bien encore Martin Parr pour un dialogue entre un projet artistique et le mythique et moderne sac Lady Dior.

 

doucede-slide02.jpg cd_page_10.jpg

 

Son parcours est lié au dessin et au métier créatif. Après un cursus de graphique designer, elle découvre la photographie qui était au départ un simple outil pour fixer ses réalisations jusqu’à devenir le but même de son œuvre.

 

cd_page_13.jpg cd_page_16.jpg

 

cd_page_17.jpg cd_page_18.jpg

 

cd_page_20.jpg cd_page_21.jpg

 

L’outil photographique n’est que le prolongement de son univers, il n’est que le résultat d’un apprentissage de volume, de forme, d’un cosmos qui aboutira à un agencement. Son univers atypique sur la lévitation d’objets a comme point de départ un rêve où des feuilles tombées d’un arbre n’avaient plus de gravitation. Une proposition féminine et poétique sur ce que l’imaginaire implique dans la création artistique de Cerise Doucède.

 

 

 

 

INCEPTION GALLERY

37 rue de Poitou

75003 Paris

Horaires d'ouverture : du mardi au samedi de 11h00 à 19h00.

Tel: +33 (0) 1 77 16 68 07 

 

www.inceptiongallery.com

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE