L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE

Anne-Catherine Becker-Echivard "Le poisson cache l'humanité"

 

Dans l’œuvre d’Anne-Catherine Becker-Echivard, le poisson cache l’humanité au même titre que l’arbre la forêt. Le choix du poisson n’est pas un hasard. Animal sans poils, il n’a rien qui nous ressemble et sa mort nous
est d’autant plus étrangère.

Voilà un animal pour lequel nous ne pouvons avoir d’attachement pour la simple raison que son milieu naturel est
différent du nôtre.

 

acbe_3.jpg

 

Quand on se croise, l’un est mort, l’autre vivant…et souvent en pleine digestion.


Anne-Catherine utilise la mort du poisson pour rendre vivante l’humanité en un jeu de rôle inhabituel mais avec le vieux principe de la fable. Car il y a dans cette œuvre autant de La Fontaine que de Granville, l’humour en plus.

La vérité est dans le goût de la mise en scène. Dans ce théâtre intime, l’artiste est tout à la fois auteur, metteur en scène, acteur, costumier, décorateur et photographe de plateau. En réalité elle est le maître absolu de son univers et, comme tel, en subit toutes les joies mais aussi tous les avatars. Libre et solitaire elle se prend, en quelque sorte, toute l’humanité sur la gueule.

 

artistsWork000227.jpg becker-echivard.jpg


Je veux dire par là que rien ici n’est gratuit, ni l’humour ni la dérision, ni la manie du détail…ni l’ombre de Bukowski.

 

breakfast1_1124859i.jpg ART-PARIS-2011-011.jpg


Rendre vie (apanage des Dieux) implique une perception aiguë des choses, un regard perçant de chouette diurne mais aussi de l’humilité quand il s’agit de comprendre tous ces petits riens qui sont nos grandes manies. Ce que nous disent ces photos est que le tout est d’abord une accumulation de détails.

 

acbe_1.jpg


acbe_2.jpg


Comme si la vie commençait par une somme d’attentions, par des croisements de regards, par quelques bras tendus.


Sourire devant une œuvre est déjà l’accepter. À ce piège, nous sommes les victimes consentantes. Ici la délectation passe avant la raison.

 

fish-art.jpg

 

Anne-Catherine-Becker-Echivard-Wurst-courtesy-galerie-Cathe.jpg artistsWork000226.jpg


Anne-Catherine a beau se cacher derrière le poisson et le poisson, pauvre bougre, se cacher sous son bonnet, elle est mise à nu dans son propre filet, piégée comme Jésus, dans la cène, mangeant le poisson qui est son propre symbole.

 

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE