L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE

Carlo Mollino "Un maître secret de l'érotisme"

 

Carlo Mollino est né le 6 mai 1905 à Turin, Il meurt dans cette même ville le 27 aout 1973. 

 

Carlo Mollino est connu comme architecte et designer, c'était aussi un écrivain, un photographe, un pilote de course et un skieur alpin.  Il semble avoir été un artiste universel, aux multiples talents, vivant plusieurs vies pour pouvoir assouvir toutes ses ambitions et obsessions.

 

portrait.jpg 12-HDK-Mollino-Bisiluro.jpg


A Turin, sa ville natale, il est à l'origine de nombreux bâtiments comme le teatro Regio, l'auditorium de la Rai, ou encore le Società Ippica Torinese, un de ses chefs-d' oeuvres, détruit en 1960. Le style qu'il employait pour dessiner intérieurs et mobilier pourrait être qualifié de « surréalisme dépouillé », style pour lequel les collectionneurs sont prêts aujourd'hui à payer des fortunes. En 1954, il court les 24h du Mans au volant de la 'Bisiluro', une voiture de course qu'il a lui-même dessiné. Fasciné par la vie et par son prolongement au-delà de la mort, il achète une maison, 'La Casa Mollino', et en fait une véritable pyramide accueillant ses objets fétiches et destinée à le faire vivre éternellement. 

 

Carlo_Mollino_Un_Messaggio_dalla_Camera_Oscura_3.jpg

Carlo Mollino Un Messaggio dalla Camera Oscura 2


Et sa vie privée était également très intense. Son obsession la plus personnelle a été découverte après sa mort, sous la forme de Polaroid de ses petites amies, de prostituées et d'autres femmes séduites entre les murs de sa résidence turinoise. De 1962 à sa mort en 1973, des beautés de la vie nocturne de Turin ont posé pour lui.
En 1962, Mollino commença d'employer des Polaroid pour faire ces clichés, en réalisant quelques 1300 avant sa mort.

 

carlo_mollino_polaroids--1-.jpg carlo_mollino_polaroids--3-.jpg

cmollino-plrd--2-.jpg cmollino-plrd--3-.jpg


Les photos étaient préparées avec minutie, il ne laissait rien au hasard. Il préparait ses scènes dans des cadres minimalistes, les modèles se vêtaient et se dévêtaient partiellement de costumes, d'accessoires et de perruques que Mollino achetaient lors de ses voyages en France ou en Asie du sud-est, et posaient avec en toiles de fond des draperies, des paravents, et des sculptures. Les modèles semblent plus sculpturaux que pornographiques et sont à l'unisson des opulents intérieurs et décors des appartements privés de Mollino à Turin, la Villa Zaira, qui deviennent des éléments cruciaux de ses compositions.

 

cmollino-plrd--4-.jpg cmollino-plrd--5-.jpg

 

cmollino-plrd--6-.jpg HDK_Carlo-Mollino-untitled-polaroid-1960s-382.jpg


Le caractère austère de celles-ci et les poses esthétiques des corps féminins appellent des parallèles clairs entre objet et forme, nature et artifice, formes humaine et architecturale.


L'ouvrage "Un Messaggio dalla Camera Oscura" a été publié pour la première fois en Italie en 1949 par les éditions Chiantore. C'était comme une histoire de la photographie, un essai lucide sur la nature artistique de celle-ci, enrichi par sa propre pratique commencée en 1960 des portraits féminins, entrant en résonance avec la photographie classique de studio, pour se tourner ensuite vers le médium photographique le plus avancé de cette époque, le Polaroid.


Mollino-19508206624_upload.jpg Mollino-41974989062_upload.jpg

 

Mollino-91872214239_upload.jpg Mollino-171000704106_upload.jpg


Le livre apporte une lumière sur l'ambivalence, le travail multiforme et la personne de Carlo Mollino. Dans ses Polaroid et concernant les mystères de la vie, les intentions artistiques de Carlo Mollino se font parfaitement claires ; son travail et sa vie expriment la combinaison harmonieuse de la science et de l'art.

 

cmollino-plrd--1-.jpg Mollino-121574198685_upload.jpg


Ce travail manifeste son point de vue intellectuel et artistique qui peut se résumer selon sa célèbre maxime : « Tout est permis, du moment que c'est fantastique. »

 

 

 

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS ET D’ÎLE-DE-FRANCE