L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN, LES EXPOSITIONS LES PLUS DÉCALÉES ET INTÉRESSANTES D'ILE- DE-FRANCE ET DE LA RÉGION SUD.. Des peintres aux plasticiens, des sculpteurs aux designers en passant par les photographes enfin une étendue complète sur l'art actuel.

Claire MORGAN: La Sculpture Féerique de la Belle Nature

 

Claire Morgan est née en 1980 à Belfast (Irlande du Nord), elle vit et travaille à Londres (Angleterre)

J'ai étudié la sculpture à Newcastle Upon Tyne en Angleterre.

 

Aujourd'hui, je ne vis plus que dans mon atelier à Londres. Ma connexion avec la nature ? J'en suis une petite partie, c'est une connexion instinctive.»

 

Claire-Morgan-1-copyright-David-Holbrook-Photography.jpg

 

Son orientation créative

 

Les oeuvres de Claire Morgan se remarquent par la pureté de leur sophistication, la puissance répétitive de leurs géométries naturelles (graines de pissenlit, étamines de chardon, fragments de plastique…) et l’incroyable émotion qui se dégage de ces mises en scène figées et pourtant si animées. Ses installations vous piègent comme ses animaux saisis au coeur des nuées qui les entourent.

 

Avec ses travaux en suspension, Claire Morgan réinvente le mouvement et crée des situations naturellement bouleversantes. Dans ses installations, le statique n’est qu’apparence et la mise en abyme est permanente. Ces situations sont les nôtres, un bout de nos vies résumées.

 

Main-Image-Claire-Morgan-To-Woo-You--Angus-Mill-.jpg

tumblr_l4cgi9lGiM1qb4eno.jpg

 

« Chaque petit animal raconte une histoire. J’aime inventer un scénario avec une sculpture », confie Claire Morgan. Pour l’oeuvre présentée à la Fondation Francès, Captive, comment ne pas penser à nos comportements d’Icare, nous Hommes, toujours attirés par le plus haut, le plus puissant… et qui, finalement, chutons par manque de lucidité, par avidité ? Les ailes sont déployées, la tête fracassée et les yeux ouverts. La chouette, symbole de la sagesse mais aussi de la déesse Athéna (qui changea Arachné en araignée suspendue à un fil puisque cette mortelle tissait mieux que la déesse), se noye au milieu de particules de plastique égrenées par des centaines de fils suspendus. Comment ne pas penser à cette consommation, incarnée par ces flocons blancs, qui nous emprisonne et nous pollue ? Comment ne pas s’interroger sur la conduite de nos existences tendues vers davantage de possessions qui nous obsèdent et nous possèdent ?

 

quietus-claire-morgan11.jpg

 

Claire Morgan a grandi dans la nature irlandaise au point de confesser : « Ma connexion avec la nature ? J’en suis une petite partie, c’est une connexion instinctive. » A bien regarder son travail, il apparaît qu’elle est tout autant connectée au sens fragile de nos vies. Certains critiques se sont émus de la destruction d’une de ses oeuvres présentées à la FIAC en 2010. Les suppositions n’ont pas manqué : des vandales, des personnes vexées ou rageuses de ces mises en scène animales, des pensées rebelles à la dénonciation de notre Société.

 

claire-morgan-fall-out-profil.jpg

fiac9.jpg

 

En venant installer son oeuvre à la Fondation Francès, Claire Morgan a confié dans un grand éclat de rire croire en une autre explication : « Lorsque j’ai vu l’oiseau déchiqueté, je me suis vite rendue à l’idée que c’était certainement un chat errant. Affamé ou en colère. Enragé certainement ! ».

 

claire-morgan-11_large.jpg

 

fluid2s.jpg

 

Il y a de l'écologie dans l'air. Pourquoi enfermer de vrais animaux - canard, hérisson, écureuil roux, étourneaux, passereaux, papillons, cafards, mouches - dans ces formes abstraites où le vilain plastique devient vagues, effluves, nuages ? «Chaque petit animal raconte une histoire. J'aime inventer un scénario avec une sculpture.» Dans Ophelia, un canard fend une mer grise et s'y couche comme dans une douce agonie. «J'utilise des sacs plastiques pour figurer la mer. C'est une interprétation bizarre de la mer, une perversion de la nature. D'où le titre emprunté à Shakespeare qui instille le doute sur la mort d'Ophélie, mort accidentelle, volontaire ou maligne. Je laisse le spectateur interpréter et choisir. Je fais une expérience, je crée un contraste entre la nature et la vulgarité de la société de consommation. Il y a du politique et de l'écologie, mais ce n'est pas le but de mon travail.»

 

artwork_images_480_754480_claire-morgan.jpg

 

fmf5s.jpg

 

scultpor-claire-morgan-6.jpg

 

gwtw2s.jpg

 

gwtw3s.jpg

 

oiron2m.jpg

 

La technique et le choix des matériaux.

 

Autant de copeaux de sacs plastiques, anoblis par l'art. «Beaucoup trouvent mon travail féminin, sans doute à cause des fils tendus autour des animaux captifs. L'équation classique : fil, couture, femme ? Je suis sculpteur, c'est peut-être plus masculin. Sans être agressive, je recherche une présence forte, une certaine puissance qui attire l'œil du public et le fasse penser. Je ne travaille pas dans le petit, le délicat, le mignon. En suspendant des objets dans l'espace, j'anticipe un changement, entre le statique et le mouvement. Enfant, je dessinai tout le temps, je fabriquais des choses, je ne savais que je serai artiste et rien d'autre », raconte cette fille d'un professeur de mathématiques, plus passionnée de géométrie et d'espace que de la cause irlandaise.

 

claire-morgan-the-beauty-and-the-beast-c2a9courtesy-of-the-.jpg

 

claire-morgan-the-collossal-c2a9courtesy-of-the-artist-c2a9.jpg

 

tumblr_ma1mt0HREj1qzc7yeo1_1280.jpg

 

2.jpg

 

Pourquoi y insérer des animaux empaillés ? «Ce sont des animaux trouvés, comme des renards, de petits animaux de compagnie, des hamsters ou des hérissons morts naturellement, ou des oiseaux qui se sont tués en heurtant une vitre. Curieusement, je ne vois pas les mouches comme des animaux, mais comme des éléments. Hormis les papillons, je n'utilise pas d'animaux exotiques, ils doivent appartenir à mon environnement.» Une artiste qui crée de ses mains, c'est une révolution à l'heure des stars de l'art contemporain aux studios réglés comme de petites entreprises. « J'ai de l'aide pour mesurer les fils ou ternir les carrés de métal qui servent de lest. Je déteste l'idée de faire faire. Je taxidermise moi-même mes animaux, j'ai appris toute seule. Je m'en sers comme modèles pour dessiner, et comme matières premières que j'applique sur la feuille, des reliques. Je ne m'imagine pas commander la mort d'un animal pour faire une sculpture.»

 

clearing1s.jpg

 

Sculpture2-2435.jpg

 

quietus-claire-morgan-5.jpg

 

L'art de Claire Morgan est fait de precision  mathématique. «Je dessine mes sculptures, je calcule tout, combien de fils sont nécessaires pour le volume désiré. Certaines pièces sont trop grandes pour être déployées dans mon atelier. Je dois anticiper. Une fois l'œuvre réalisée, je ne peux rien changer. Tout est posé à plat, un peu comme un cerf-volant. Je le ­déroule et la sculpture prend corps d'un coup. Si quelque chose cloche, je dois tout recommencer.»

 

wyws6s1.jpg

 

dthebluesII1s.jpg

dthebluesII2s.jpg

Dessin d'un projet blue butterfly


Claire Morgane est une jeune artiste très prometteuse qui est de plus en plus demandées dans les foires internationales, les musées et les galeries du monde entier, et en plus ces une personne souriante, sympathique et abordable. Elle est représentée en France par la Galerie Karsten Greve.

 

 

Aout 2013

 

 

 

 

 


Archives

À propos

L'ACTUALITÉ D'ART CONTEMPORAIN, LES EXPOSITIONS LES PLUS DÉCALÉES ET INTÉRESSANTES D'ILE- DE-FRANCE ET DE LA RÉGION SUD.. Des peintres aux plasticiens, des sculpteurs aux designers en passant par les photographes enfin une étendue complète sur l'art actuel.