L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

02 Aug

Expo Photographie Contemporaine: Katia MACIEL "répétition(s)"

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Expo Photographie Contemporaine

Du 04 Juin au 31 Août 2014

« On pourrait affirmer que le temps est, à certains égards, une invention issue de notre rapport existentiel à la répétition. “Nous sommes ce que nous répétons sans cesse”, affirmait Aristote dans l’Éthique à Nicomaque. L’idée de répétition se manifeste à travers la plupart de mes travaux dans lesquels le temps semble résister au temps. L’utilisation récurrente de la mise en boucle de séquences vidéo n’est pas seulement une figure de style, elle est, avant tout, l’essence même de la poétique qui opère dans les images que je façonne.

Autobiographie

Autobiographie

Dans Meio cheio, meio vazio (À moitié plein, à moitié vide), je verse l’eau d’une carafe dans un verre mais ce dernier reste toujours à moitié rempli. Le paradoxe contenu dans ce travail est basé sur notre rapport au temps ; l’instant est perçu comme une durée grâce à l’utilisation de la mise en boucle de l’image. Il est alors l’expression de ce qui passe et, dans le même temps, de ce qui demeure. L’instant est perçu comme un flux continu et non comme uneunité statique.

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel
Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel
Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Dans Timeless (Sans durée), on observe un sablier dans lequel le sable se déverse dans les deux sens, déstabilisant ainsi notre perception habituelle du temps. Ici, l’instant se dédouble, se distend, il devient mouvement, à l’inverse de la photographie où il est suspension du mouvement. L’image est projetée dans un temps circulaire, elle n’a ni début ni fin, elle s’étire infiniment.

L’enregistrement d’une action en boucle induit le fait de raccorder les deux extrémités d’une séquence temporelle, ce qui a pour effet de créer l’illusion d’un présent infini.

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel
Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Inutil Paisagem ( paysage inutile)
Inutil Paisagem ( paysage inutile)

Inutil Paisagem ( paysage inutile)

C’est ce piège perceptif qui est notamment à l’oeuvre dans Uma Árvore (Un arbre), vidéo dans laquelle le rythme binaire de la contraction puis du relâchement des branches d’un arbre évoque le rythme hypnotique d’une lente respiration.

Un arbre photographie de Léandro Pimentel

Un arbre photographie de Léandro Pimentel

Je me suis toujours sentie observée par les images, fussent-elles des peintures, des photographies, du cinéma ou de la vidéo. Impliquer le spectateur dans ce qu’il est en train de regarder constitue un élément structurel de mes travaux.

Dans l’installation Ondas (Vagues), le visiteur se retrouve face à la mer, les pieds fouettés par le ressac immatériel des vagues dont l’écume se répand, de façon imprévisible et irrégulière, sur le sol de l’espace d’exposition.

Dans cette oeuvre, la construction-même de l’image et la façon dont elle investit l’espace, fait du visiteur une partie intégrante du paysage, un acteur de l’image pris par le cycle incessant du flux et du reflux de l’océan.

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Pour la plupart de mes travaux j’utilise un plan fixe, avec un cadre resserré sur le sujet ou l’objet filmé. Si mouvement il y a, il se déploie le plus souvent à l’intérieur des limites de l’image. C’est alors au montage que se crée un dialogue ou une friction entre les diffé- rents plans qui composent l’espace-temps de l’image.

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Voie cyclable photographie de Léandro Pimentel

Défaire, interrompre, reconfigurer, altérer, déplacer ce qui est de l’ordre de la nature est une constante dans les images que je construis. Pour autant, il ne s’agît pas de dénaturer ou de défigurer ce qui est représenté mais bien plutôt de créer, grâce aux multiples rebonds de la répétition, un écho visuel et temporel dans lequel l’imaginaire puisse trouver le support d’une échappée-belle. »

Katia Maciel

Katia Maciel est artiste, réalisatrice, poète, chercheuse du CNPq et professeur de l’École de Communication de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro depuis 1994.

Maison Européenne de la Photographie

5/7 rue de Fourcy

75004 Paris

 

http://www.mep-fr.org

 

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 20h. Entrée gratuite le mercredi de 17h à 20h.

Archives

À propos

L'ACTUALITÉ DES EXPOSITIONS D'ART CONTEMPORAIN A PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE