ACTUART by Eric SIMON

L'ACTUALITÉ SUR LES EXPOS LES PLUS DÉCALÉES D'ART CONTEMPORAIN. Des peintres aux plasticiens, des sculpteurs aux designers en passant par les photographes enfin une étendue complète sur l'art actuel.

13 Nov

Yue Minjun: " L'ombre du fou rire "

Publié par Eric SIMON  - Catégories :  #Peinture Contemporaine

 

 

Première exposition majeure de l’artiste en Europe

 

Du 14 novembre 2012 au 17 mars 2013

 

 

 

yue-001.jpgminjun04.jpg

 

 yue31.jpg

 

Né en 1962 à Daqing, dans la province de Hei Long Jiang en Chine, Yue Minjun peint d’abord en amateur, avant de partir étudier l’art en 1985 à l’École normale de la province du Hebei. C’est dans la communauté d’artistes du village de Yuanmingyuan, près de Pékin, au début des années 1990, qu’il commence à définir son style ainsi que les contours de son principal sujet : le rire. Au même moment se développe un nouveau courant artistique dont Yue Minjun a souvent été considéré comme un des principaux représentants, le « réalisme cynique », né au debut des années 1990.

 

portrait.jpgyueminjun-lovers1.jpg


yue_minjun16.jpg

 

 Marqués par un climat social tout à fait différent de celui des années 1980, et par l’ouverture de l’économie chinoise au marché mondial, ces jeunes artistes rompent à la fois avec le « réalisme socialiste » et avec les avant-gardes. Ils portent un regard plus acerbe et moins idéaliste sur leur environnement : « C’est pour cela que le fait de sourire, de rire pour cacher son impuissance a [une grande] importance pour ma génération 1. » dit Yue Minjun en parlant de ses débuts.

 

c91ee1b40ec0c372ef7eed4b54a0cc9ebd9a85c9.jpg

 

 la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente la première grande exposition européenne consacrée à Yue Minjun. Une occasion unique de découvrir le travail de cet artiste chinois aujourd’hui reconnu et dont la célébrité contraste avec la grande discrétion. Revisitant les codes du grotesque par une iconographie haute en couleur et hantée de personnages au rire énigmatique, son oeuvre porte un regard ironique et désabusé sur le contexte social de la Chine contemporaine et sur la condition humaine dans le monde moderne. À travers près de 40 tableaux issus de collections du monde entier, ainsi qu’une multitude de dessins encore jamais montrés au grand public, l’exposition dévoile l’esthétique singulière et complexe d’une oeuvre qui se dérobe à toute interprétation.

 

22473bff651aefa6773598f418ca9809f482709b.jpg882021d14b0d4544ca5171b06a4c86f815771cae.jpg

 

ymj_the_sun_a4_rvb1.jpg yue_minjun_great_solidarity.jpg

 

YMJ_The-Execution_A4.jpg

 

Autoportraits : un même éclat de rire lancé à la face du monde.

 

Ainsi, les visages peints ou sculptés qui parcourent l’oeuvre de Yue Minjun, la bouche béante et les yeux fermés, conservent-ils dans leur extravagance la fixité de masques impénétrables. « Ce rire stéréotypé fait écran à toute quête d’intentionnalité, il dresse un mur, interdit le dedans, bloque toute sensibilité, écrit François Jullien dans le catalogue publié à l’occasion de l’exposition. Il affiche, sous son explosion à répétition, qu’il ne peut rien y avoir à communiquer 2. »

Ces portraits, d’abord inspirés des amis de l’artiste, se fondent peu à peu dans un seul et même visage, celui de Yue Minjun, apparaissant dès lors comme autant de miroirs reflétant ce que chacun veut y voir : une caricature de l’uniformisation de la société chinoise, un moyen de survivre dans un monde devenu absurde, ou une simple forme d’autodérision de la part de l’artiste. La reproduction de ce rire se révèle dans le même temps source inépuisable de possibles graphiques, les mêmes personnages aux traits immuables et stylisés occupant seuls la toile ou se démultipliant à l’infini.

Mises en scène de façon caricaturale, cocasse, poétique ou tragique, ces étranges figures héritent des codes de certains dessins animés où tout semble possible et où l’absurde devient norme.

 

isolatedislandbd.jpg

 

minjun02v2.jpg minjun03.jpg

 

YMJ-I-am-Dragon.jpg

 

Au -delà du « réalisme cynique » : une esthétique au scénario secret.

 

Au-delà d’une stricte catégorisation, Yue Minjun déploie dans ses tableaux une esthétique qui lui est propre – déroutante et d’une grande diversité, à la manière d’un scénario au déroulé secret. S’y côtoient les hauts lieux publics de la Chine, voitures de marque, avions et dinosaures, ou encore les références à l’imagerie populaire chinoise et à l’histoire de l’art, en des jeux d’assemblages et d’associations d’images où l’artiste se laisse une liberté d’exécution totale et où chaque signe reste ouvert à l’interprétation.

 

savemysmileforwhenyoufeelalonetoliftyouupandflyyouhome.jpgsmilesarethesoulskisses-1024x833.jpg

 

Ainsi l’artiste brouille-t-il comme à plaisir les repères dans le tableau The Execution, inspiré de La Mort de l’Empereur Maximilien de Mexico d’Édouard Manet (1868) dont tous les protagonistes sont remplacés par des personnages souriants, avec au second plan une évocation directe de l’enceinte de la Cité interdite. De même, dans la série évoquant la question de l’absence dans l’image, il reproduit à l’identique les tableaux des grands maîtres de la peinture occidentale et chinoise, en les vidant de l’ensemble de leurs personnages. Ne subsiste que le fond, véritable décor de théâtre désert révélant des paysages lunaires et des architectures surprenantes ou méconnaissables. Face à cette capacité de variation infinie, le visiteur se perd dans un jeu aussi dépourvu d’issue que les immenses paysages labyrinthiques de l’artiste. C’est là que résident toute la force et la subtilité d’une oeuvre qui n’a cessé d’évoluer depuis les années 1990.

 

smileitsanicereflectiononyou.jpgymj_sky-1_a4.jpg

 

yue_minjun12.jpg

 

yue_minjun19-2.jpg

 

minjun-yue-sans-titre-1998_medium.jpg


Entre répétition et variation, chaque tableau acquiert une résonance au sein d’un ensemble dont la puissance visuelle hors du commun est révélée par le regroupement, pour la première fois dans un même espace, de ces oeuvres aussi mystérieuses que dérangeantes.

 

 

 

 

    

Fondation Cartier pour l’art contemporain

261, boulevard Raspail, 75014 Paris

www.fondation.cartier.com

 

 

 

À propos

L'ACTUALITÉ SUR LES EXPOS LES PLUS DÉCALÉES D'ART CONTEMPORAIN. Des peintres aux plasticiens, des sculpteurs aux designers en passant par les photographes enfin une étendue complète sur l'art actuel.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog